Hakyuu Houshin Engi
content_copy

Hakyuu Houshin Engi

starstarstarstarstarstarstarstarstarstar
Episode(s): 23 OAV(s): 1
anime_Hakyuu Houshin Engi
Fantastique
Aventure
Shônen
Episode(s): 23 OAV(s): 1
flag Statut
date_range Année 2018
create Auteur(s)
videocam Studio(s) C-Station
monetization_on Producteur(s) NBCUniversal Entertainment Japan, i0+
lock Licence(s) Crunchyroll
schedule Durée moyenne 23min
Un royaume était jadis prospère, mais il est maintenant dirigé par une divinité maléfique, Daji. Avec l’aide de ses sbires, ce dernier oppresse le peuple, plongeant ainsi le pays chaque jour un peu plus dans le chaos. Mais une rébellion s’organise : un plan Hôshin pour lutter contre cette « investiture des dieux » se met en place. Un apprenti ermite, Taigong-Wang, rassemble autour de lui des combattants qui s’attèlent à sceller un à un tous les sbires de Daji pour l’affaiblir…
Votre note pour cet anime :
starstarstarstarstarstarstarstarstarstar 0
avatar_Ancien utilisateur
le 26/01/2018 à 11h00
Ancien utilisateur Vendredi 26 Janvier 2018 à 11h00
Pour avoir lu le manga, ce fut l'un de mes préférés. Pour le moment, ce début d'anime est correct mais loin de l'égaler. (épisode 3)

L'anime coupe la plupart des délires de l'auteur qui rajoutait du comique face à certaines scènes cruelles. Il enlève aussi des parties qui développaient plus les personnages et leurs relations.
De plus, et ça c'est plus dommageable, les "plans machiavéliques" de Daji et Taigon sont raccourcis, voir bâcles, alors qu'ils étaient particulièrement tordus et qu'il y avait des véritables batailles de coups tordus entre ces deux personnages.

Tout au long du manga on suit l'évolution de Taigon Wang, immortel qui passait pour un flemmard, un petit rigolo ou un perfide auprès des autres immortels. Il évoluera en un des plus grands immortels de son temps avec la poursuite du plan Hoshin, grâce à ses multiples plans sournois et au travers d'épreuves particulièrement désagréables.

L'anime et le manga sont tirés d'un roman fantastique chinois de la dynastie Ming, L'Investiture des dieux, assez librement interprété.